une naissance indésirable, une enfance ni heureuse (affectueusement) ni malheureuse (matériellement), une adolescence abusée et donc désabusée comme beaucoup d'enfants sûrement ; je pense que des enfants non désirés, des enfants pas heureux et même malheureux et abusés sentimentalement dans un but purement sexuel je ne dois pas être la seule et je pense qu'il y a sûrement pire que moi entre enfants matériellement, socialement malheureux  avec des parents toxicomanes, alcooliques, misérables... voire désespérés et violés dans le cercle familial ; alors comme beaucoup on dira que je n'ai pas à me plaindre et c'est pour ça que je ne dis rien, qu'on ne dit rien même pas dans "balancetonporc" qui pourrait s'appeler"balance ton père, ton beau père, ton oncle,ton frère, ton cousin..." . Je crois que c'est plus tabou et que c'est pire surtout si on se dit souvent que cela se fait sous les yeux fermés ou ouverts de la femme complice. Moi j'en veux à mon oncle qui a abusé de ma situation affective (le divorce de mes parents, ma faiblesse,mon besoin d'affection, mon âge) ma tante qui avait les yeux ouverts mais que cela arrangeait bien et mes parents qui avaient les yeux fermés car pas assez proches  affectivement de leurs enfants et très préoccupés par leurs petits soucis matériels tels que boulot, confort, réussite sociale  ce qui les as perdus eux mêmes et tout ça dans un contexte d'apparence et de religion ...Je garde de tout ça un sentiment de vide, de trahison, d'hypocrisie, un peu écoeurant etdécevant ! Et en partant, en quittant tout ça j'aivoulu couper avec tout ça : la recherche de l'apparence et de la conformité, la recherche de la réussite sociale, de la religion et de son hyprocrisie ...Tout est lié ! J'y ai mis du temps moi même en n'acceptant pas la relation amoureuse de mon père avec des femmes et surtout une femme plus jeune que lui ; j'ai eu beaucoup de mal. Peut être je l'aurais mieux accepté si je l'avais vu heureux. Le problème c'est que cette femme qui aurait pu être ma soeur était une bimbo pour ne pas dire autre chose et pensait être tomber sur un homme "riche" ; c'est sûr de là où elle venait (sans emploi, sans revenu, sans discussion, sans instruction, trahie par sa propremèer qui a couché avec son mec)et à part ses 1,80 quand mon père faisait 10 cm de moins, son côté vulgaire qui devait le changer de ma mère plutot bon chic bon genre coincée, je me suis toujours demandée ceque mon père lui trouvait ! Le pire c'est qu'elle le rendait chèvre, limite dans ses comportements et attitudes de gamin séduit qui perdait la tête et nous zappait complètement et le rendait malheureux en provocant sa jalousie, plus ivre et plus con au point de se facher avec sa mère, son père, nous... C'était forcément une histoire  qui allait mal finir surtout pour lui puisqu'il en est mort. Sa mort m'a beaucoup traumatisée et le bilan de sa vie, de la vie de ma mère, de tout ça a fait que j'ai choisi de vivre un peu autrement et de faire table rase de mon enfance, de mon adolescence, de la religion ; j'aurais pu boire, me droguer même pas un joint... faire toutes les bêtises qu'on peut faire à mon âge mais peut être que l'éducation que j'ai reçue pendant mon enfance, mon adolescence m'en ont empêché ; c'est une bonne chose. Déjà les sorties, les virées sans en rendre compte à ma mère c'était déjà trop pour elle ! Je lui en fait voir de ce côté là surtout que je fréquentais pas la personne rêvée pour elle : un jeune de quartier qui n'aimait que s'amuser, qui n'avait pas de travail, avec un profil de "racaille" et surtout de niveau social, culturel, et religion  différents ; je voulais tellement faire différemment, oublier tout ce que j'ai vécu ou presque quitte à prendre des risques, ne pas faire dans l'apparence, dans la conformité, l'hypocrisie, la religion, la réussite sociale moyenne. Une autre vie que celle de ma mère, de mes parents...